Lire à Saint-Étienne est une association de promotion du livre et de la lecture.


L'agenda
Émission le 15 février à 17h
Françoise Bourdon
pour son ouvrage "La maison de Violette" (Presses De La Cité)
à la médiathèque OPSIS.
• à 16h30 émission "Carte blanche", avec Philippe Forissier pour "Étranges rendez-vous au parc de l'Europe" (Auteurs des Régions et des Terroirs).
Émission le 22 février à 17h
Pascal Pacaly
pour son ouvrage "Les gueules noires" (Les Éditions des Joyeux Pendus)
au Musée des Verts.
Émission le 29 février à 17h
Paul Mazenod
pour son ouvrage "Quand les soldats américains nous jetaient des fleurs" (Les éditions IFRHOS)
à l'amicale laïque de Bizillon.
Paul Mazenod, Quand les soldats américains nous jetaient des fleurs (Les éditions IFRHOS)
Prix Louis Nucéra 2024 le 6 mars
Remise du prix
à Étienne Bonamy
sur le podium de Paris-Nice au mont Brouilly (fiche d'inscription à retirer à «Lire à Saint-Étienne»).
Thé littéraire le 7 mars à 15h
• à 17h, Émission
Étienne Bonamy, prix Louis Nucéra 2024
pour son ouvrage "Les forcés de la route" (En Exergue Éditions)
au Musée d'Art et d'Industrie.
Émission le 14 mars à 17h
Jean-Louis Nogaro
pour son ouvrage "Le téorem des grands hommes" (Arcane 17)
à l'amicale laïque de Bizillon.
• à 16h30 émission "Carte blanche", avec Thierry Gouttefarde pour "Enfants du Forez" (coolLibri).
• Amicale laïque de Bizillon, 16 rue Tréfilerie, Saint-Étienne
• Médiathèque municipale 22 rue Gouttebarge Saint-Étienne
• Médiathèque OPSIS, 1 place Jean Jaurès Roche-la-Molière
• Musée d'Art et d'Industrie : 2 place Louis Comte Saint-Étienne

Maryse Barlet, "26 ans de présidence jusqu'à la légion d'honneur" (Les Éditions de Phénicie)

Geneviève Delipéri, "Le nid de frelons" (Éditions Du Mot Passant)

Yves Bichet, "Le premier combat" (Le Pommier)

François-Guillaume Lorrain, "Le temps des trahisons" (XO éditions)

Christian Sigel, "Les fresques de l'hôpital Bellevue" (Histoire et Patrimoine)

Gérard Glatt, "La compagnie des mouches" (Éditions Christine Bonneton)

Olivier Bosc, "Le rouleau des cent vingt journées de Sodome" (Bibliothèque Nationale de France)

Irène Frain, "Écrire est un roman" (Seuil)

Françoise Bourdon, "La maison de Violette" (Presses De La Cité)

Philippe Forissier, "Étranges rendez-vous au parc de l'Europe" (Auteurs des Régions et des Terroirs)

Pascal Pascaly, "Les gueules noires" (Les Éditions des Joyeux Pendus)

Paul Mazenod, "Quand les soldats américains nous jetaient des fleurs" (Les éditions IFRHOS)

Étienne Bonamy, "Les forcés de la route" (En Exergue Éditions)

Jean-Louis Nogaro, "Le téorem des grands hommes" (Arcane 17)

Thierry Gouttefarde, "Enfants du Forez" (coolLibri)

Sébastien Berlendis, "Lungomare" (Actes sud)

Frédéric Viguier, "La vérité n'aura pas lieu" (Plon)

Pour tous renseignements,
contactez le 04 77 25 09 64
Programme des jeudis littéraires


À plus d'un titreJeudi 4 janvier

Maryse Barlet
" 26 ans de présidence jusqu'à la légion d'honneur "
(Les Éditions de Phénicie)

Maryse Barlet raconte ses vingt-six années de présidence de l'Associationdes des infirmes moteurs cérébraux et polyhandicapés de la Loire, ses émotions - colère, tristesse, peur, joie, surprise -, son souci de mettre au centre de ses préoccupations les personnes handicapées, plaidant leur cause et défendant leurs intérêts.
Une aventure d'une grande richesse humaine.


Carte blanche


Geneviève Delipéri
" Le nid de frelons "
(Éditions Du Mot Passant)

2022. Saint-Just en Damas, un village comme tant d'autres niché entre Forez et Auvergne, va brutalement devenir le théâtre de deux crimes mystérieux dont celui de la belle Angélique, agricultrice courageuse et ruinée qui se bat pour sauver son exploitation. Elle est également serveuse au bar restaurant le « Cœur Chantant », dernier commerce du village et pour ses habitants leur unique repère, voire leur raison de vivre.
Tous connaissent le meurtrier, mais, afin de conserver leur refuge, ils deviendront malgré eux ses complices silencieux, hypocrites et pourtant attachants…
Le retournement final, à la « Manon des sources », nous invite à un possible rendez-vous avec notre conscience et une pensée nouvelle pour ces derniers gardiens.


haut
À plus d'un titreJeudi 11 janvier

Yves Bichet
" Le premier combat "
(Le Pommier)

Ce premier combat ? C'est celui de quelques habitants de la vallée de l'Ennuye, et notamment de Liseron, adolescente déjà cabossée par la vie, de sa mère Zuita, directrice du centre équestre et compagne de Corentin l'instituteur, d'Émir, tout juste débarqué de Guinée, ou encore de l'infirmière Myriam qui se présente à la députation.
Tous sont écologistes sans le savoir, résistent au monde désincarné qu'on leur propose, font de la politique sans le vouloir, écoutent la jeunesse militante et, au bout du compte, deviennent pour le pays entier des sortes d'icônes alors que le climat se dérègle et que, non loin, se fissurent les conduites de la vieille centrale nucléaire de La Baume.
Bref, l'histoire d'hommes et de femmes libres qui bataillent contre l'autorité, de lycéens qui se mobilisent, de paysans aux prises avec le climat et, au milieu des pièges, l'amour qui cherche sa voie, celui de Liseron pour Émir.
Un premier combat qui peut renverser la table, jusqu'à mener aux portes du pouvoir ? Dans cette fiction qui confine au roman d'anticipation, Yves Bichet nous livre une belle leçon d'utopie, avec ses espoirs et ses risques, ses joies et ses zones d'ombre…


haut
À plus d'un titreJeudi 18 janvier

François-Guillaume Lorrain
" Le temps des trahisons "
(XO éditions)

Qu'arrive-t-il dans un couple quand surgit un trublion ? Le couple, c'est Louis XIII et son premier ministre Richelieu, qui, depuis vingt ans, tiennent les rênes d'un royaume de France menacé de toutes parts.
Le trublion, c'est l'élégant Cinq-Mars, marquis de vingt ans placé par Richelieu auprès du roi pour recueillir ses confidences. Car le couple Louis XIII - Richelieu est marqué par la suspicion : le cardinal se plaint de la froideur lunatique d'un souverain fuyant et le roi redoute un ministre qui l'espionne et le bride.
Avec fougue, le jeune et séduisant Cinq-Mars remplit sa mission. Mais, dévoré par l'ambition, adoré des femmes, voilà qu'il joue sa propre carte. Inaugurant le temps des trahisons. Mettant en péril non seulement sa vie, mais l'existence même d'une France fragile et divisée.


Carte blanche


Christian Sigel
" Les fresques de l'hôpital Bellevue "
(Histoire et Patrimoine)

Certaines sont coquines, d'autres osées et d'autres encore carrément pornographiques. Elles, ce sont les fresques carabines (du nom familier carabin définissant un étudiant en médecine). Ces dessins ornaient les murs des salles de réunion des internes.
« On date la première en France à 1854 et elle se trouve à la Charité de Paris. Elle a été réalisée par le grand Gustave Doré. Elle a été conservée car il s'agit d'un véritable chef-d'œuvre », éclaire Christian Sigel, président d'Histoire et patrimoine de Saint-Étienne et responsable de la revue trimestrielle Histoire et mémoire, fervent défenseur de ces fresques méconnues. Et menacées de disparition. (Le Progrès)

haut
À plus d'un titreJeudi 25 janvier

Gérard Glatt
" La compagnie des mouches "
(Éditions Bonneton Christine)

Vivien, à vingt-trois ans, Jean-René, ou René, ou J.-R., c'est comme on veut, en a vingt-huit. L'un travaille au tri postal, l'autre est représentant de commerce.
Tous deux se partagent un deux pièces, au sixième étage d'un immeuble à Paris. Tandis que Vivien reluque J.-R., sympa, à son goût, J.-R., lui, ne sait trop que penser, de lui et des autres; il balance, s'interroge, et se dit que Carène, caissière au Prisunic, ne lui déplairait pas. Du côté de Vivien, tout se précise lorsqu'il part une quinzaine de jours aux Canaries avec Émeric, un collègue de travail.
Alors, J.-R. se décide, et il propose à Carène de sortir avec lui. Carène, qui porte en elle un lourd secret, ne dit pas non. À son retour des Canaries, alors que J.-R. s'est absenté pour quelques jours, Vivien, à la jeunesse imprudente, invite chez eux des inconnus.
Lorsque J.-R. rentre à son tour, il les surprend en pleine orgie. La rencontre se passe mal. Fusent les injures et les menaces. J.-R. décide de quitter l'appartement. Mais Vivien y est bientôt retrouvé mort, le crâne éclaté. Dans la presse, le commissaire Bricard laisse entendre que l'ex petit ami de la victime, encore introuvable, serait la piste privilégiée. Pour J.-R., par ex petit ami, dans l'idée du commissaire, il ne peut être question que de lui. Il n'a donc pas le choix : fuir, et Carène avec lui.


haut
À plus d'un titreJeudi 1er février

Olivier Bosc
" Le rouleau des cent vingt journées de Sodome "
(Bibliothèque Nationale de France)

Cet ouvrage propose de découvrir la création et la fortune d'une pièce maîtresse de la bibliothèque de l'Arsenal, un des départements de la Bibliothèque nationale de France : le rouleau du manuscrit des Cent Vingt Journées de Sodome, texte rédigé par le marquis de Sade lors de sa captivité à la Bastille en 1785.
À travers la contribution d'éminents spécialistes, ce livre revient sur l'œuvre en son temps, son étonnante fortune critique et la trajectoire complexe de ce manuscrit hors normes, véritable « roman dans le roman ».


haut
À plus d'un titreJeudi 08 février

Irène Frain
" Écrire est un roman "
(Seuil)

Attentive aux questions de ses lecteurs, Irène Frain réfléchit sur sa pratique depuis des années. En animant des ateliers d'écriture, elle a découvert qu'elle ne pouvait pas donner de conseils aux apprentis écrivains sans leur apprendre comment apprivoiser les peurs qui précèdent nécessairement tout acte créatif.
À leurs blocages, les manuels de « trucs et ficelles » ne répondent pas, alors qu'il est des chemins pour retrouver la créativité spontanée et l'imagination qui nous habitaient pendant notre enfance.
Plutôt que de livrer de mythiques « secrets d'écriture », Irène Frain a préféré partager son expérience au fil de récits où elle se remémore la naissance de son propre désir d'écrire. Elle illustre son propos d'exemples concrets et de références littéraires universelles. D'où un livre au ton unique, drôle, incisif, accessible, qui invite tous ceux qui aiment lire à vivre enfin l'inégalable aventure de l'écriture.


haut
À plus d'un titreJeudi 15 février

Françoise Bourdon
" La maison de Violette "
(Presses De La Cité)

1967. Cap-Ferret. C'est un lieu chaleureux, caressé par les vagues de l'Océan, rempli d'âme et de souvenirs, dont ceux de la doyenne, Charlotte. Elle aime recevoir son clan sous la treille de sa demeure, point d'ancrage et de retrouvailles. Il y a notamment Violette, sa petite-fille, fragilisée par la maladie; Iris, talentueuse architecte bordelaise, qui a tant œuvré pour sauvegarder la maison.
Trois femmes soudées par les épreuves et les joies, que la vie va surprendre encore. Quand Charlotte veille sur tous, dignement, malgré le poids des ans, Violette craint pour son mari photographe parti dans son Espagne natale sous régime franquiste. Iris, elle, souffre dans sa chair de ne pouvoir fonder une famille avec Paul.
Et, le temps d'une saison qui voit arriver de nouveaux occupants, de nouveaux secrets se dévoilent dans la sublime maison du Cap…


Carte blanche


Philippe Forissier
" Étranges rendez-vous au parc de l'Europe "
(Auteurs des Régions et des Terroirs)


haut
À plus d'un titreJeudi 22 février

Pascal Pacaly
" Les gueules noires "
(Les Éditions des Joyeux Pendus)

Les Gueules noires, ce sont ces mineurs - hommes et femmes aussi -, stéphanois mais aussi de l'Ondaine, de Firminy à Roche-La-Molière en passant par La Ricamarie. lls ont maintenant entre 80 et 100 ans et se souviennent. Ils parlent de la dureté de la mine mais évoquent aussi une époque qu'ils regrettent tous.
L'occasion de redécouvrir des lieux, des noms, des événements. Un préfet assassiné. La place Carnot qui s'éventre sous le Furan. Les galeries sous la ville.
La grande grève de l948. La vie de Michel Rondet… et le Musée de la Mine à Couriot.


haut
À plus d'un titreJeudi 29 février

Paul Mazenod
" Quand les soldats américains nous jetaient des fleurs "
(Les éditions IFRHOS)

Quand Pierre, frère ainé de Jacques Neyrand, est victime d'un AVC, Jacques pour l'aider à retrouver la mémoire échange avec lui une correspondance où il raconte ce que fut leur enfance heureuse en Haute-Loire pendant la seconde guerre mondiale.
Elle révèle l'entente parfaite des deux frères durant leur jeunesse qui disparaîtra à l'age adulte et la volonté de Jacques de retrouver leur complicité d'antan.


haut

À plus d'un titreJeudi 7 mars

Étienne Bonamy (Prix Nucéra 2024)
" Les forcés de la route "
(En Exergue Éditions)

Porté au milieu de l'été 1942 par l'Occupant allemand et les collabos français, le Circuit de France se voulait une copie du Tour de France cycliste, mis en sommeil dès 1940.
Du 28 septembre au 4 octobre 1942, les organisateurs embarquent une élite de 72 coureurs français, belges et italiens dans cette galère : 1 650 kilomètres en six étapes, un circuit conçu à la hâte et couru de Paris à Paris en une semaine, à travers une France fendue par la ligne de démarcation.
Imaginé comme un tour de force tandis que le pays vit sous le joug allemand, il tourne à la farce ; tout y est presque improvisé et l'on manque de tout. Étape après étape, le roman redonne vie aux coureurs et suiveurs, devenus malgré eux les hérauts d'un épisode méconnu du sport français, aussitôt oublié.
Mais le franchissement de la ligne de démarcation ne sera pas sans conséquences…


haut
À plus d'un titreJeudi 14 mars

Jean-Louis Nogaro
" Le téorem des grands hommes "
(Arcane 17)

Lorsque les gendarmes de Saint-Malo découvrent un cadavre dans le Combi Volkswagen d'un marginal, ils ne se doutent pas qu'ils viennent de déclencher un road-trip qui les mènera jusqu'à la région d'Aix-en-Provence, en passant par le Diois et le Massif du Pilat.
Le tout au grand dam d'une officine cherchant à instrumentaliser des thèses complotistes afin de renouveler le pouvoir en place…


Carte blanche


Thierry Gouttefarde
" Enfants du Forez "
(coolLibri)

1940/1944
Dans la Loire, une famille dans la tourmente de la guerre.


haut
À plus d'un titreJeudi 21 mars

Sébastien Berlendis
" Lungomare "
(Actes sud)

Plein été.
Le lungomare, la promenade du bord de mer, s'étire sous le soleil familier de la baie de Gênes, où les souvenirs de la jeunesse radieuse des parents du narrateur épousent les méandres de la via Aurélia, ses anciens palais, ses corniches et ses stations balnéaires.
Une virée italienne entre songe et fantasme, acoustique des années 1970 et photographie solarisée, désinvolture et mélancolie.


haut
À plus d'un titreJeudi 28 mars

Frédéric Viguier
" La vérité n'aura pas lieu "
(Plon)

" Gisèle Chabaud était la première lectrice qui me sollicitait dans le but d'écrire son histoire. Celle du suicide de son fils, un père de famille soupçonné d'abus sexuels sur mineure. Elle avait lu l'un de mes romans et voulait réhabiliter l'honneur de son fils. Intrigué par la personnalité de cette femme, curieux de pénétrer l'intimité de cette famille, j'acceptai.
Puis le doute… Cherchait-elle à orienter mon jugement ? Plus j'avançais dans cette histoire, lisant les procès-verbaux et le journal de sa femme, plus Sylvain Chabaud me paraissait secret, énigmatique."
Mais était-ce bien là l'enjeu de ce drame ?